mercredi 24 juin 2020

Nouvelles du 3ème trimestre 2020

Bonjour,
Nous sommes à la mi-juin , ma vie s’enfuit et, avec elle, tous mes rêves de « Crianças do Mundo » qui allait si bien ! Merci, Covid 19 ! Il nous a donné une fameuse leçon d’humilité et, en même temps, aura détruit tant de choses, belles et moches ! J’espère de tout mon coeur que ce sera pour pouvoir reconstruire un monde meilleur ! Je ne serai plus là pour le voir et notre Crianças do Mundo non plus, peut-être !...Á moins que...
J’ignore, bien sûr, ce que nos enfants deviendront, mais ils sauront s’en sortir, sûrement ! Ils ont appris à lutter !
Comme beaucoup d’entreprises et d’ONG, Crianças do Mundo devra sans doute s’arrêter, faute de moyens financiers.  Et nous comprenons parfaitement que ce virus infâme ait touché tout le monde au Brésil, mais aussi en Belgique et que ceux qui nous aidaient depuis des dizaines d’années se retrouvent, eux aussi, en grandes difficultés. Nous tenons, mon Evelyne et moi, à remercier tous ceux qui nous ont « portés », soutenus pendant tant d’années.
Mais je veux rendre ici un hommage tout spécial à ma merveilleuse épouse, Evelyne, qui a toujours été à mes côtés, avec le sourire, dans toutes les difficultés de la vie et, principalement, les actuelles, les plus terribles pour nous deux.
Merci, mon adorable petit ange, mon assistante sociale, mon infirmière inlassable, mon « remonte-pente » ! Merci, mon amour de 40 années de vie !
Merci aussi aux plus de 2.000 gosses , devenus adultes, dont l’amour démonstratif a participé à notre bonheur ! Merci à nos enfants actuels, qui, malgré un isolement infernal pour eux, n’ont pas cessé de m’envoyer, par Whatsapp, messages adorables et photos si belles et souriantes.
Michel

Evelyne et Michel
              van der Meersch

La grande misère

En février 2018, nous accueillons un petit garçon de 8 ans, Igor. Il habite avec ses parents et un petit frère de 6 ans, Ícaro, dans un quartier pas loin de chez nous. Son père, Patrick, tient un petit bar-commerce qui leur permet de vivre plus ou moins décemment. Sa maman, Eva, aide un peu au bar et s’occupe des enfants. Ils vivent à l’étage, juste au-dessus du commerce.
Chez nous, à Crianças do Mundo, Igor s’adapte bien et s’intègre vite parmi les autres enfants. Intelligent, il est aussi bon élève à l’école et ne donne pas de travail. C’est un gentil petit bonhomme, joyeux et bien dans sa peau. L’année se déroule bien pour lui et les grandes vacances arrivent en décembre.
Lorsque Igor revient chez nous fin janvier, nous retrouvons notre petit bonhomme sympathique et rieur. Tout content de revenir, il reprend les activités à Crianças do Mundo avec enthousiasme. A l’école aussi, il commence une nouvelle année et tout se passe bien. Il vient aussi d’avoir un nouveau petit frère. Les mois s’écoulent, mais vers la fin de l’année, nous sentons que quelque chose a changé. Igor est resté un petit garçon doux et gentil, mais il semble plus renfermé, un peu triste. Quand on lui demande ce qui se passe, il dit qu’il n’y a rien. Mais les jours s’écoulent, et Igor commence à s’isoler un peu, à moins s’intégrer au milieu des autres enfants. Pendant que les autres jouent, lui reste assis dans un coin, triste et indifférent à ce qui se déroule autour de lui. Il continue à dire qu’il n’y a rien de particulier et ne s’ouvre pas. Les grandes vacances arrivent à nouveau en décembre et nos enfants vont rester un mois sans venir chez nous.

On nous en a tué un de plus

Vinicius  est resté chez nous pendant 4 ans. Puis, un jour, comme il refusait d’étudier, il est parti et est retourné chez sa vieille grand-mère qui l’élevait vaille que vaille. Mais souvent il demandait à venir passer une journée à Crianças do Mundo pour retrouver ses anciens copains ! Il devait venir au début mars mais le Covid 19 faisait son entrée fracassante et nous avons dû refuser sa visite ce jour-là.

Le 20 mars, on nous apprend sa disparition et le 24 on retrouve son corps criblé de balles légèrement enterré sous une fine couche de terre...Il avait manifestement été tué le 20 mars ! Pourquoi, pour quelle raison a-t-on tué ce gamin de 14 ans ? Cela parait inexplicable puisqu’il ne semblait pas être entré dans la drogue ! Une erreur de cible ? On ne le saura probablement  pas, car on ne pousse jamais beaucoup l’enquête dans ces cas-là !
Mais , entretemps, cela fait un de nos enfants de plus tué par balles. Il en avait 6 dans le corps et la tête ! Quel acharnement !
Fique com Deus, Vinicius e cuide da gente !



Vive le WhatsApp

Eh oui ! C’est moi qui dis cela après avoir été contre ces choses-là ! Mas pendant cette Pandémie, c’est grâce au Whatsapp que nous avons pu garder le contact avec tous et chacun de nos enfants de Crianças do Mundo ! On leur envoyait des messages en « liste de transmission » ou individuellement et chacun pouvait nous répondre, nous disant comment il allait, comment il supportait ce confinement, ou nous envoyait des tas de photos...
C’est comme cela que nous avons pu prévenir chacun des enfants qu’ils avaient à leur disposition un sac d’oeufs de Pâques offerts par des entreprises locales et une cinquantaine de colis alimentaires. Les parents venaient les chercher à vélo, à moto, à pied parfois, ou alors avec un voisin complaisant qui venait avec sa voiture et prenait les colis de plusieurs à la fois ! La Solidarité fut complète et admirable !



Et ce fut formidable de les voir heureux et souriants sur les photos qu’on leur demandait de m’envoyer , moi qui ne pouvais ni les voir ni m’approcher d’eux ! J’en avais gros sur le coeur mais les photos et les mots affectueux compensaient un peu ! Beaucoup d’entre eux n’avaient jamais reçu d’oeuf de Pâques de leur vie !

Solidarité avec Crianças do Mundo

Les jeunes des groupes de catéchèse d’Alexandre et Raphaëlle Dierckx, en collaboration avec les Focolare et le mouvement “Together4Peace” ont participé “en confinement” à l’action internationale “RunForUnity” qui propose à des centaines de jeunes à travers le monde de se relayer dans une activité sportive. Dans ce cadre, ils ont couru ce dimanche 3 mai avec toute la famille (d’Alexandre et Raphaëlle)  de 11h à 12h. Ils terminaient avec une photo de leur horloge à midi pile, comme un peu partout dans le monde.
Pour être encouragés dans ce challenge sportif, les enfants de la catéchèse ont proposé à leurs proches, familles et amis, de parrainer cette course au profit de  "Crianças do Mundo"au Brésil ...
Formidable et très beau résultat financier , grâce à des gens super généreux qui ont appuyé cette initiative « jeunes » ! Magnifique solidarité !

La rentrée des classes dans notre ville

Le Maire de notre ville, enthousiaste adepte du Président Bolsonaro, a décidé de rouvrir tous les commerces dès le début du mois de mai, et les écoles le 25 mai ! Et cela alors que nous étions en pleine ascension de la « flêche » du Covid 19.
Le Tribunal, saisi par le Ministère Public, a annulé cette décision, mais seulement pour les écoles. Près de 1.500 morts par jour au Brésil au début juin !
Mais c’est ainsi ! A São Paulo la situation est dramatique mais plus de la moitié de la population n’accepte pas l’isolement social e va dans les rues sans précautions. 14.000.000 d’habitants à São Paulo !! Et les morts s’accumulent ! Et les hôpitaux sont saturés !....
Le problème du retour à l’école, ce ne sont pas seulement les enfants aglomérés mais les enfants aglomérés infectés sans symptômes et qui rentrent chez eux avec le risque de contaminer toute leur famille !

Le Lions Club le Rotary offrent des colis alimentaires pour les familles de nos enfants