jeudi 20 février 2020

L'administration municipale de notre ville

Notre Administration Municipale est en train de détruire tout ce qui est possible : les rues sont ouvertes et jamais refermées. Les meilleures écoles « estaduales » (de l’État de Minas Gerais ) sont « municipalisées » et ne prennent plus que les enfants jusqu’à la 5e année, alors que les primaires ici vont jusqu’à la 9e année.

Ce qui veut dire TOUS les professeurs remplacés et les élèves de 6e à 9e qui doivent aller voir ailleurs et se débrouiller pour trouver encore une école « estaduale » qui les accepterait, parfois à 3 ou 4 km de chez eux ! Pour Crianças do Mundo, cela signifie que notre grand bus ne passe plus à plusieurs endroits sous peine de casser net sa suspension et que l’on doit donc envoyer des camionnettes pour prendre les enfants de certains quartiers ! De plus, la Préfecture veut réquisitionner une partie de notre terrain pour y faire des activités (électorales). Mais là, ils vont avoir dur car la « Famille Crianças do Mundo » veille !!
Une explication bien simple à tout cela : Les élections municipales auront lieu en octobre de l’an prochain et AUCUN travaux ne peuvent être commencés l’année des élections mais peuvent être continués et achevés juste avant les élections. Donc, on met tout en chantier en 2019 pour pouvoir tout achever en 2020, petit à petit. Et les sous pour tout cela ?... Alors, les gens fulminent à cause de la poussière, des trous dans les rues qui sont des champs de patates, jurent que jamais plus ils ne voteront pour ce parti, mais comme tout sera merveilleusement réparé 2 mois avant l’élection, ils ne jureront plus que par cette magnifique administration et oublieront tout le passé !
Un samedi matin, nous avons reçu la visite (annoncée) du Préfet (maire) de Coronel Fabriciano. Il est resté 3h1/2 chez nous et a fait une visite générale. Surtout du terrain. Nous avons au moins eu l’occasion d’échanger nos points de vue.
On espère que cela aura été une visite profitable et qu’on laissera Crianças do Mundo suivre sa voie. Mais nous ne lui avons pas encore parlé de nos projets avec la Fondation São Francisco. Ce sera pour plus tard !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire