mercredi 24 avril 2019

Adieu Papa !


Le 27 décembre 2018, notre papa nous a quittés. Il avait 88 ans. Après une chute le soir de Noël ayant provoqué une fracture du fémur, après une lourde opération le jour de Noël, il n’a pas résisté et après deux jours en soins intensifs, il est décédé.

Papa a été un homme infiniment bon, très sensible et humain. Durant toute sa vie, il a été attentif aux autres, serviable sans limites. Pour maman, il a été un bon mari, aimant et attentionné, et compagnon de vie fidèle pendant 64 ans. Pour nous trois, ses enfants, il a été le meilleur des papas. Il a vécu et travaillé dur pour nous, pour sa famille, pour que nous ne manquions jamais de rien. Il nous a transmis ses valeurs, le respect de l’autre, l’honnêteté, la droiture. Il s’est toujours beaucoup occupé de nous, en nous aidant pour nos devoirs, en jouant beaucoup avec nous. Nous avons passé tant de soirées ensemble à jouer à des jeux de société, ce qui était tellement plus gai que la télévision que nous n’avions heureusement pas. Combien de soirées à jouer aux cartes, que de parties de plaisir en jouant avec papa au monopoly ou au nain jaune. Que de souvenirs heureux! 
Je pense aussi souvent à toutes nos belles petites ballades quotidiennes ensemble, papa et moi, le long de la Meuse, lorsque je rentrais en Belgique. Nous bavardions alors tous les deux, ou nous nous promenions en silence, côte à côte. Je suis heureuse d’avoir eu ces beaux moments avec lui. J’ai toujours su que nous avions beaucoup de chance d’avoir un père si bon et attentif, mais je l’ai découvert encore plus depuis que nous vivons ici, au Brésil, et que je vois la tristesse de tous nos enfants qui n’ont pas de père, ou qui en ont un qui les maltraîte, qui boit, qui se drogue et ne leur donne que de la misère, de la souffrance et du malheur. Oui, nous avons eu beaucoup de chance d’avoir un tel papa pendant ces 88 années d’une vie bien remplie. Ce fut un bonheur pour nous d’avoir eu le père le plus merveilleux qui soit, un père que je souhaiterais à tous. 
Les dernières années de sa vie n’ont pas été faciles, à cause de sa maladie et de 5 ans de dialyse assez pénibles. Mais il a toujours fait face avec un courage exemplaire. Il repose maintenant en paix, un repos bien mérité. Papa nous manque déjà beaucoup et il est difficile d’imaginer que nous ne le reverrons plus jamais. Mais il restera pour toujours auprès de nous, là dans notre coeur. 
Evelyne

Aucun commentaire:

Publier un commentaire