dimanche 18 décembre 2016

Un vrai lutteur

Il y a quelques années, en 2012, Oliette, la maman d’un de nos enfants, est décédée d’un cancer du sein. Elle a beaucoup souffert, pendant de longs mois, avant de quitter sa famille. Et nous l’avons accompagnée du mieux que nous le pouvions jusqu’à la fin. Soeur Laurent Marie, une des religieuses françaises qui travaille à la Maison du partage, dans la favela du Padre Rocha, est infirmière et a été présente au quotidien auprès d’Oliette qui vivait justement dans ce quartier pauvre. Des soins quotidiens étaient nécessaires, entre autres des pansements au niveau du sein; des soins très pénibles pour Oliette qui souffrait terriblement, mais aussi pour qui devait les donner, car l’état de la malade était assez épouvantable.
A l’époque, soeur Laurent Marie se rend donc tous les jours auprès d’Oliette pour ces soins, et elle y rencontre régulièrement un jeune de 17 ans, Rodrigo, qui vient là pour aider. Lui aussi habite la Favela «  Padre Rocha » depuis toujours, et il est au courant de la situation dans la famille d’Oliette, car ils sont presque voisins.  Il demande un jour à soeur Laurent Marie s’il peut l’aider à prendre soin d’Oliette. Il semble tellement désireux de donner de son temps et de son aide qu’elle accepte. Et pendant de longs mois, jusqu’au décès d’Oliette, Rodrigo est là, au quotidien, assistant du mieux qu’il le peut, avec beaucoup de gentillesse et d’attention. Je suis présente un jour lors de ces soins, et la façon dont Rodrigo aide à s’occuper d’Oliette est vraiment remarquable, assez étonnante même pour un garçon de cet âge qui pourrait avoir d’autres occupations comme tous les jeunes de son âge. Je sens chez lui une vocation, un désir d’aider les autres et ça vaut la peine de voir un peu plus loin!
Nous connaissons un peu la famille de Rodrigo, car son petit frère de 9 ans, Irã, est passé par Crianças do Mundo quelques mois, mais il n’y est pas resté, car il n’aimait pas étudier et ne voulait pas aller à l’école. Leur famille est assez misérable et il n’y a que Rodrigo parmi les 3 garçons de la famille qui fait des études. Il est en deuxième année du  secondaire (qui en compte 3 en tout) et semble bon élève. Je lui demande un jour s’il aimerait faire des études d’infirmier, puisqu’il manifeste un tel intérêt à s’occuper des malades. Et il répond que oui, mais ce n’est pas possible, car les études sont trop chères. Je lui dis alors que nous aimerions l’y aider, car sa volonté et sa gentillesse nous prouvent qu’il est fait pour ça et il le mérite. Rodrigo est très timide et il a un peu de mal à exprimer ce qu’il ressent, mais le grand sourire qui illumine son visage me montre combien il en serait heureux. Je lui dis de bien terminer son secondaire et que nous en reparlerons ensemble à ce moment-là.
Nous gardons le contact avec Rodrigo et à la fin de l’année 2013, il se forme en secondaire dans une des écoles publiques de la ville. Il vient jusque chez nous pour nous montrer ses résultats qui sont plutôt bons. Nous le félicitons et lui reparlons de notre proposition, afin de voir s’il a toujours les mêmes intentions. Il serait ravi de pouvoir faire des études dans le domaine de la santé, et il nous dit qu’il aimerait commencer par les études de technicien infirmier (aide-soignant). Ces études durent 2 ans, et l’aideront à se préparer davantage aux études d’infirmier par la suite. C’est une attitude tout à fait raisonnable et nous sommes bien sûr d’accords; nous lui demandons de faire les  démarches nécessaires pour son inscription. Nous prendrons alors en charge les frais de ses études: mensualités, uniforme, matériel scolaire et tout l’équipement nécessaire à ses études. Il nous remercie chaleureusement et son sourire radieux nous fait vraiment plaisir.
Début août 2014, Rodrigo commence ses études d’aide-soignant. Celles-ci durent 2 ans, pendant lesquelles Rodrigo fait 3 stages : dans un poste de santé, dans une maison de retraite et enfin à l’hôpital public de notre ville. Il vient nous voir régulièrement pour nous donner de ses nouvelles, nous raconter comment se passent ses études, nous parler de ses stages. Nous sentons chez lui un enthousiasme qui fait vraiment plaisir à voir.  Lorsqu’il a besoin de quelque chose pour ses études, il nous en parle et nous faisons le nécessaire pour qu’il ne manque de rien et soit dans les meilleures conditions pour accomplir sa formation au mieux. Il est tellement méritant que nous décidons même de lui offrir un vélo pour se rendre à l’école. Rodrigo étudie en effet le soir, de 18h30 à 22h30, faisant ses stages durant la journée. Il habite loin du centre-ville et a une bonne heure de marche pour arriver à l’école. Il en ressort le soir à 22h30 et à cette heure tardive, le danger de se faire agresser est plus grand.  En vélo, il rentre chez lui bien plus tôt et le risque d’agression est réduit. Nous lui demandons de passer chez nous et lorsqu’il découvre ce beau vélo tout neuf et qu’il apprend que nous le lui offrons, les larmes lui viennent aux yeux; il ne sait que dire, il n’a jamais eu de vélo de sa vie! Il nous remercie chaleureusement, ajoutant que ce vélo va vraiment améliorer sa vie.


Il n’aura aucune difficulté à trouver du travail, car il manque de main d’oeuvre dans le secteur des soins de santé. Et lorsqu’il sera bien établi dans son métier et qu’il le souhaitera, nous l’aiderons à faire les études d’infirmier.
Nous avons créé Crianças do Mundo   il y a 30 ans maintenant dans le but de venir en aide aux enfants dans le besoin et dans la misère, aux enfants souffrant d’abandon et de maltraitance, aux enfants qui sans cette aide n’auraient eu aucune chance de s’en sortir dans la vie. Et nous sommes là pour aider tous les enfants et tous les jeunes qui le souhaitent et le demandent, même s’ils n’ont pas fréquenté Crianças do Mundo au quotidien. Rodrigo est un de ces jeunes qui n’a pas été accueilli au quotidien chez nous, mais qui nous a montré une telle volonté d’étudier et de se dédier aux autres que nous ne pouvions pas faire autrement que de l’aider à y parvenir. Grâce à cette aide, Rodrigo peut mener une vie heureuse, exerçant le métier qu’il aime et auquel il aspirait tellement. C’est ça l’objectif de notre travail ici; et si Rodrigo est profondément heureux d’avoir pu faire ces études et de s’être formé, nous sommes nous aussi très heureux d’avoir pu l’aider à y parvenir. Et pour tous les enfants et les jeunes qui le souhaiteront, nous serons là, présents à leurs côtés pour les aider à atteindre leurs objectifs et à réaliser leurs rêves.
                                                                                 Evelyne

Aucun commentaire:

Publier un commentaire