vendredi 23 septembre 2016

Je n'ose penser...

Depuis quelques années, voyant grandir tous nos enfants,  je n’ose penser à ce que sera leur avenir dans ce monde tellement mal en point dans lequel il est difficile de trouver  les mots « optimisme »,  « futur heureux », « amour », « tendresse » , « amitié », « solidarité », « famille » etc...etc...

Vrai ! On ne parle plus que de crimes, attentats terroristes, réfugiés, pollution, corruption, sècheresse, guerres, misère, drogues, violence et autres horreurs !
Si l’on analyse de plus près tous ces évènements, il est difficile d’admirer la race humaine et parfois la honte d’appartenir à cette catégorie nous atteint en plein !

Pendant des années, nous avons essayé de compenser tous ces problèmes auprès de nos enfants mais il devient de plus en plus difficile de garder courage face à ce que notre monde est en train de devenir. Même au niveau local, on se heurte à de plus en plus d’obstacles : drogues, alcoolisme, violence, familles complètement désajustées, parents indignes, quartiers dangereux, crimes odieux, écoles lamentables et incapables d’éduquer dans un chambard indescriptible. Tout cela entoure nos enfants et la lutte est souvent , pour nous et pour eux, inégale !
Tout ce que l’on essaie de constuire avec eux est souvent immédiatement détruit par tout cet entourage néfaste.

Mais on ne perd pas courage parce que l’on voit, chez nous, une vraie évolution chez la plupart des enfants. Pourtant, après chaque vacances, il faut bien souvent tout recommencer car l’évolution a été stoppée ou détruite par l’entourage pendant les 15 ou 30 jours loin de Crianças do Mundo !

Et on recommence !!! Tout en se disant qu’il en restera sûrement quelque chose de positif dans leur vie adulte et pour l’éducation de leurs propres enfants !
Mais on doit bien reconnaître que cet avenir fait peur et nous angoisse un peu !


Michel

Aucun commentaire:

Publier un commentaire