lundi 21 décembre 2015

D'heureuses retrouvailles

Beaucoup d’entre vous nous accompagnent depuis maintenant pas mal d’années. Vous connaissez nos enfants, notre travail avec eux, nos joies innombrables et parfois aussi nos peines et déceptions. Dans notre petit bulletin du 1er avril de cette année, je vous racontais notre tristesse d’avoir perdu un de nos enfants, Vinicius, qui avait 9 ans à l’époque. Nous l’avions accueilli début 2014, à la demande de la directrice de son école qui connaissait la situation très difficile de la famille. Vinicius était un enfant martyr, maltraité par tous dans la maison.  Il donnait énormément de travail à l’école, frappant les autres enfants et ne respectant pas les adultes. La directrice, connaissant notre travail depuis de longues années, avait l’espoir qu’à Crianças do Mundo,  nous pourrions aider Vinicius à améliorer son comportement et à vouloir apprendre, car il ne faisait rien en classe et ne savait ni lire ni écrire. Tout au long de l’année 2014, nous avons constaté avec joie l’évolution positive de Vinicius.
Arrivé terriblement agressif et violent, ne connaissant rien d’autre depuis sa naissance, il est devenu petit à petit un chouette gosse, gentil et avide d’affection. Nous avons aussi réussi à l’alphabétiser grâce à l’aide individuelle à Crianças do Mundo.

Malheureusement, lors de la nouvelle rentrée scolaire en 2015, nous avions appris que Vinicius était parti avec son père à Belo Horizonte, vivre chez un oncle dans une favela de la capitale. Son père, handicapé d’un bras suite à une tentative d’assassinat, avait dû s’enfuir, car celui qui cherchait à le tuer avait promis de ne pas le rater la prochaine fois. Vinicius avait été obligé d’accompagner son père pour l’aider, vu son handicap. Nous en avions été profondément tristes, non seulement parce que nous aimions beaucoup Vinicius et qu’il évoluait tellement bien depuis qu’il était chez nous, mais aussi parce que celui-ci adorait Crianças do Mundo et y avait trouvé un havre de paix et d’amour, choses qu’il ne connaissait pas. Et voilà qu’il perdait tout ça en une fois, de façon tout à fait injuste. Nous nous étions sentis tellement impuissants.

Voilà qu’il y a un mois, nous apprenons que Vinicius est revenu chez sa grand-mère à Coronel Fabriciano. Pendant les 9 mois passés avec son père à Belo Horizonte, il n’a pas fréquenté l’école et a été maltraité sans cesse par son père. Vinicius était son domestique. Il devait tout faire à la maison et en plus, les coups pleuvaient fréquemment. Suite à une plainte de voisins, le juge des enfants est intervenu, a retiré Vinicius de chez son père et l’a renvoyé chez sa grand-mère. Dès qu’il est revenu, il a pris contact avec nous et a demandé s’il pouvait revenir à Crianças do Mundo.

C’est bien sûr avec joie que nous l’avons à nouveau accueilli chez nous. Nous étions si heureux, pour lui surtout, qu’il puisse revenir au milieu de nous! Sa place était gardée dans l’espoir de le voir revenir un jour et voilà que cet espoir se réalisait. Qu’est-ce que Vinicius était heureux! Et nous aussi bien entendu; il nous manquait et nous pensions souvent à lui et à la vie d’enfer qu’il devait mener.
C’était hélas bien le cas.

Voilà notre petit Vinicius à nouveau parmi nous depuis un mois.

C’est une grande joie, mais nous nous sommes vite rendu compte que nous aurons à nouveau beaucoup de travail avec lui. Il est revenu très perturbé, nerveux et agressif. Les 9 mois d’enfer vécus à Belo Horizonte avec son père l’ont à nouveau détruit et rendu violent. Il va falloir tout recommencer depuis le début, afin de lui montrer qu’il existe autre chose que la violence. Il a à nouveau besoin de beaucoup  d’amour et d’affection, et de l’amitié des autres enfants. Toute notre équipe travaille ensemble pour que Vinicius retrouve un équilibre perdu, qu’il sache que nous l’aimons et qu’il ne sera jamais maltraité chez nous, quoi qu’il fasse. Mais que nous serions tellement heureux de retrouver le chouette petit bonhomme qui nous a quittés fin de l’année dernière. Il faudra du temps, il faudra beaucoup de patience, mais nous savons que nous y arriverons. Vinicius est capable d’évoluer, il nous l’a déjà prouvé il y a un an. Il nous le prouvera une nouvelle fois maintenant qu’il est revenu parmi nous. Nous en sommes certains, car il a retrouvé son havre de paix et d’amour.
                                                                        Evelyne

Aucun commentaire:

Publier un commentaire