vendredi 18 septembre 2015

Triste évolution

Crianças do Mundo existe depuis 28 ans maintenant. Nous avons d’abord construit la maison-siège qui a servi d’internat pendant 20 ans. Ensuite, ce fut au tour de notre Centre d’Accueil d’urgence au centre-ville. Et par la suite le Centre de Formation Professionnelle, le Centre d’Accueil communautaire  “Maison du Partage” et puis enfin le Centre d’Activités pour Enfants. Pendant toutes ces années, nous avons eu la chance de ne jamais avoir de problèmes de sécurité. Mais depuis quelques temps, les choses ont changé. La société évolue, plutôt négativement sous certains aspects, avec une augmentation importante de la violence, de l’insécurité, des vols, tout ceci lié en grande partie au problème de la drogue.

En ce mois d’août 2015, notre Centre d’Accueil (devenu Centro de Convivência) situé au centre de la ville de Coronel Fabriciano, accueillant les enfants des différents bidons-villes environnants, a été cambriolé 4 fois en 2 semaines de temps! La première fois, les voleurs sont entrés pendant le we; la maison est fermée pendant les fins de semaine. Ils ont défoncé la porte arrière de la maison pour pouvoir y pénétrer. Défonçant encore 2 autres portes intérieures, ils ont trouvé nos 3 bombonnes de gaz et les ont emportées. En plus des frais de réparation des 3 portes, nous avons dû racheter les bombonnes de gaz. Nous avons renforcé les 2 portes extérieures, de l’avant et l’arrière de la maison. Quelques jours après, pendant la nuit, nouveau cambriolage, par l’une des fenêtres cette fois. Une fois à l’intérieur de la maison, la porte de notre réserve alimentaire défoncée, ils ont emporté tous les aliments que nous y avions en stock. Il a donc fallu cette fois faire appel à un ferronnier, pour renforcer les fenêtres avec des grillages plus solides que ceux qui étaient aux fenêtres. Mais ça demande un peu de temps bien sûr, étude, devis, offre... Ça ne représente pas peu de choses pour protéger les 15 fenêtres de la maison! En attendant, nous avons donc renforcé la fenêtre le mieux possible, avec du bois, et reconstitué notre réserve alimentaire.
 
 Le we suivant, troisième cambriolage en défonçant les renforts de bois que nous avions mis à la fenêtre. Toute notre réserve alimentaire s’est à nouveau envolée. Nous avons à nouveau protégé du mieux que nous le pouvions en attendant que le ferronnier puisse commencer son travail le lendemain. Mais pendant la nuit suivante, ils sont revenus et nous avons eu droit au quatrième cambriolage. Ils n’ont cette fois pu emporter que peu de choses, car nous n’avions remis que très peu d’aliments dans notre réserve, juste le nécessaire pour les repas des enfants du lendemain. Depuis, le ferronnier a enfin commencé son travail et a déjà placé les grillages aux fenêtres les plus accessibles. D’ici quelques jours, il devrait avoir terminé son travail et notre maison d’accueil devrait être cette fois définitivement protégée. Cela fait 20 ans que notre Centre d’Acccueil fonctionne et jamais nous n’avions eu de problèmes. Mais maintenant, à cause de voleurs sans scrupules qui volent leurs propres enfants pauvres, nous avons eu de gros frais pour renforcer notre sécurité. Des dépenses imprévues qui nuisent à tous, principalement aux enfants.

Nous savons que la vie est bien difficile pour beaucoup de gens. Bien que le Brésil évolue, il y a encore beaucoup de pauvreté et de misère. Mais ces actes malveillants sont parfois bien décourageants. Jusqu’à présent, nous avions l’impression d’être un peu protégés malgré tout, d’être un peu respectés de par le travail que nous faisions pour aider les enfants et leurs familles. Mais il semble que dans la société actuelle, les vraies valeurs ont disparu, et nous n’échappons plus non plus aux vols ou agressions. Il faudra s’y faire et se protéger davantage, ce que nous ferons désormais. C’est dommage, mais c’est ainsi.

Et puis, nous continuons notre travail avec les enfants, car nous savons qu’au moins,  en étant accueillis chez nous, nos enfants sont protégés des dangers de la  rue. Et nous espérons qu’ils garderont en eux les valeurs que nous leur enseignons sur l’honnêteté et le respect de l’autre, et qu’ils n’entreront jamais dans la marginalité.

Evelyne

Aucun commentaire:

Publier un commentaire