jeudi 19 mars 2015

Mais que se passe-t-il?

Un nouveau grand scandale de corruption a éclaté l’an passé, au Brésil, atteignant une infinité de grandes entreprises, d’hommes politiques et de partis, principalement les partis au pouvoir. Le Centre de ce scandale est la Petrobras, une des plus grandes entreprises pétrolières du monde, dirigée par l’Etat. C’est de là que part tout l’argent distribué en pots de vin, subsides, et financements illégaux de campagnes électorales. L’enquête continue cette année et pour encore longtemps, semble-t-il...


Le 6 mars, 49 députés, sénateurs, ex-gouverneurs, ex-ministres ont été mis en examen par le Suprême Tribunal Fédéral,  après être dénoncés par le Ministère Public . D’autres, cadres d’entreprises, comptables et intermédiaires sont déjà en prison décrétée par le Juge Fédéral de première instance chargé de toute cette enquête. Les Sénateurs et Députés bénéficient d’un droit spécial d’être jugés directement par le Suprême Tribunal Fédéral  (Cour Suprême au Brésil). On ne parle que de ça, bien sûr !

L’Economie va mal, l’Education ne vaut plus rien, la Santé Publique est un chaos et la Sécurité Publique est désastreuse. Rien que dans notre ville de 100.000 habitants, 29 assassinats déjà en janvier , février et début mars. Le papa (28 ans) d’un de nos enfants de 10 ans a été assassiné le 3 mars en pleine rue, à 3 heures de l’après-midi. Il était le 29e ! Tuer devient un sport, semble-t-il et la froideur de ces tueurs (très jeunes, en général) fait vraiment peur ! L’impunité aide aussi beaucoup, bien sûr ! Sortir le soir devient un sport extrême peu recommandé à ceux qui ne peuvent se défendre...

Et pourtant, le Brésil reste un des plus beaux pays du monde, la grande partie de sa population est adorable, affectueuse, prestative, accueillante, le climat y est très agréable, été comme hiver, parfois un peu trop chaud l’été, mais supportable !
C’est là que vivent les enfants que nous aimons, les adultes que nous avons aidé à grandir et qui gardent toujours au fond du coeur un souvenir ému des années passées chez nous, avec nous. C’est ce Brésil là que nous aimons et qui nous retient par des liens d’amour et de tendresse !
Et pour le reste, que le Brésil ne devienne pas  un nouveau Venezuela !

Michel

Aucun commentaire:

Publier un commentaire