mardi 17 juin 2014

La violence ça s'apprend souvent à la maison

Parmi les enfants et ados de notre région, on constate de plus en plus d’actes violents. Il semble que la réponse à n’importe quelle contrariété soit toujoursde battre ou insulter. Beaucoup de parents, ici, pensent que « corriger » son fils c’est « taper dessus »  et de façon parfois extrèmenent violente (baguette de bois, tuyau d’eau ou coups de poing dans le visage ! « Ainsi, il apprendra » disent-ils.

Apprendre quoi ? Que ce qu’il a fait déclanche la violence mais pas que cela ne se fait pas ! Au lieu de comprendre par des paroles d’amour et des explications affectueuses, il ne pourra qu’ emmagasiner cette violence en lui, une violence qui ressortira quand il devra se mesurer à d’autres de son âge ou à ses propres enfants. Pour lui, tout se résout par la violence. C’est ce qu’on lui a apprit quand il était gosse.
Donc, il va, lui aussi, résoudre ses contrariétés  par la violence : battre, insulter et finalement...tuer. 3 jeunes entre 15 et 17 ans sont assassinés par semaine dans notre ville de 100.000 habitants ! Et si on analyse chaque cas, on verra que l’assassin a été battu toute sa vie par son père ou sa mère ce qui l’a rendu parfaitement insensible à quoi que ce soit. Il reproduit froidement ce qui lui a été administré pendant des années, ses années d’impuissance car il était trop petit !
Oh combien l’ on constate cela parmi nos enfants de Crianças do Mundo et comme la tendresse donnée est reçue avec étonnement mais avidité ! On les transforme ? Oui, le comportement de l’enfant s’améliore parce que quelqu’un enfin l’aime et lui montre son amour et sa patience sans taper dessus ! Il rétribue en lui faisant plaisir ! Mais là au fond, tout au fond, restera à jamais cette expérience de violence extrême qui , presque sûrement, ressortira un jour !

Michel

L’ENFANT BATTU À LA MAISON IMAGINE QUE TOUT DOIT TOUJOURS SE RÉSOUDRE PAR LA VIOLENCE ! À SON TOUR, IL VOUDRA RÉSOUDRE SES PROBLÈMES DE RELATIONS PAR LA VIOLENCE !QUESTION DE LOGIQUE !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire