mardi 17 juin 2014

Encore la violence!

Le mercredi 7 mai, la police a dû intervenir dans 3 écoles de notre ville de Coronel Fabriciano à cause de la violence verbale et physique de 3 « enfants » de 10, 11 et 12 ans. L’un (de 10 ans), après avoir insulté copieusement sa professeur, a envoyé un coup de poing dans la figure de la vice-directrice et insulté la Directrice appelées en renfort. La police a été appelée.
Le 2e, de 11 ans, est entré à l’école avec un couteau et, à la récré, a mis le couteau sur la gorge d’une petite fille qu’il avait juré de tuer. Il fut maîtrisé à temps et la police fut appelée.
Quant au 3e, de 12 ans, également armé d’un couteau, menaçait 2 collègues de classe de les tuer. La police fut actionnée.

Tout cela en une seule journée, sans parler de l’énorme chambard dans toutes les écoles. La veille de ces événements, Evelyne était allée dans une autre école et avait dû littéralement s’enfuir pour ne pas être piétinée dans l’escalier par les ados de 13-14 ans qui s’en allaient en récré après avoir démoli la moitié du mobilier de leur classe à coup de pieds !

Voilà la situation actuelle des écoles publiques dans notre région. Et ce n’est pas du tout exceptionnel ! Cela se produit TOUS les jours ! Les professeurs n’enseignent plus car sont morts de peur d’être battus par des élèves qui pensent avoir tous les droits et sont soutenus par leurs parents. Pas de gens pour enseigner, des tas de gosses sans enseignement et qui feront partie des futurs bataillons d’imbéciles (dans le sens vrai du terme, pas ironique ni insultant du tout !).
Et nous, outre le fait de lutter chez nous contre cette nouvelle mentalité (avec certaine réussite !), nous essayons de remuer les autorités locales, de les conscientiser de la situation cartastrophique, mais peu de gens s’y intéressent !
En attendant, les cours universitaires de Pédagogie sont de plus en plus désertés . L’enseignement n’attire plus personne ! Il faudrait être fou pour entrer maintenant dans ce cycle infernal ! On en est là , bonnes  gens !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire