lundi 17 juin 2013

Oui, les pauvres sont parfois moins pauvres

On ne peut nier que le Brésil soit moins pauvre depuis le Président Lula, même si la grande misère est toujours présente.

Comment a-t-il fait cela ?  On vous l’explique :
Quand Lula a repris les rênes du Brésil, son prédécesseur- F.H. Cardoso- avait stabilisé l’Économie et la monnaie (le Réal) créée par celui-ci était enfin une monnaie forte. L’Économie mondiale allait bien, les émergents (tous !) allaient beaucoup mieux et la Chine avait un besoin gourmand de commodities (minerai de fer, maïs, soja, etc..) que le Brésil avait en abondance. L’argent est alors rentré dans les caisses en abondance aussi et Lula en a profité pour être le Bon Père du peuple en le distribuant généreusement aux citoyens (parfois) les plus pauvres, distribuant les bourses familles, augmentant le salaire minimum, distribuant bénéfices. Tout cela était chouette (et nécessaire souvent) et Lula, évidemment, devint un Dieu. Seulement voilà : rien ne fut investi dans l’Éducation, dans la Santé, dans l’infrastructure, c-à-d les routes, les ports, les aéroports, toute la logistique de l’écoulement des exportations, alors que la situation de tous ces secteurs était bien préoccupante. Résultats : un service de Santé Publique désastreux, une école publique absolument en faillite, des files de dizaines de km de camions attendant de charger leur céréales ou minerais dans les ports dont les coûts sont les plus élevés du monde, des routes exécrables, manque d’entrepôts,  une perte de près de 35% de la production annuelle d’aliments, une industrie qui ne fonctionne pas bien faute d’infrastructure et de personnel formé !

Alors, oui : la population brésilienne est en meilleure situation financière. Mais pour combien de temps si le Brésil, lui, n’évolue pas ? De temps en temps, il est bon d’essayer d’être objectif et de voir un problème dans son ensemble et sa réalité et non ce qui apparait. Et la réalité, nous la vivons chaque jour , surtout au niveau de nos enfants et de notre ville  de plus en plus violente et plus cahotique !

Comme les jeunes sont de moins en moins motivés pour étudier dans une école où règne le chambard permanent, on se tourne de plus en plus vers une sous-qualification, on ne trouve plus d’emploi, on est plongé dans la misère et, pour essayer d’en sortir, on entre de plein-pieds dans la drogue pour mourir assassiné quelques mois plus tard, C’est effarant, non ? Mais c’est VRAI!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire