lundi 17 juin 2013

Les cerfs-volants, passion brésilienne!

Pendant l’hiver, au Brésil, le vent est beaucoup plus important qu’en été. C’est l’époque pour beaucoup d’enfants et adolescents brésiliens de  lancer le cerf-volant qu’ils fabriquent eux-mêmes avec un peu de bambou, du fil et des sacs de supermarché en plastique. Il faut reconnaître que leur mérite est plus grand que de ceux qui, en Europe, achètent leur cerfs-volants tout faits et bien sophistiqués ! Et cela vole bien !

Le malheur, c’est que pour éliminer les autres, certains enduisent leur long fil de colle et le trempent ensuite dans de la poudre de verre pilé. Cela a pour effet de pouvoir couper le fil du cerf-volant des autres !! Mais un autre effet de ce procédé est de...couper net la tête du cycliste ou motocycliste qui traverse la trajectoire de ce fil, ce qui arrive fréquemment. C’est pourquoi cela a été interdit, proscrit mais...sans effet. Les jeunes ont continué à utiliser cette pratique et les accidents ont, eux aussi, continué ! Récemment, dans notre région, un motocycliste qui n’avait pas vu ce fil en travers de la rue a eu la tête coupée net ! Cela ne va pas toujours jusque là, heureusement, mais combien de blessures au visage, de joues ou oreilles coupées, de gosses atteints dans la rue etc...L’interdiction sans effets a conduit les responsables à obliger les motocyclistes à utiliser des antennes protectrices pour « happer » les fils avant qu’ils n’atteignent le conducteur de la moto.

C’est fou l’imagination criminelle de certains jeunes ! Mais c’est tellement agréable de pouvoir couper le fil du cerf-volant des autres et provoquer ainsi leur colère qui, parfois, se termine en bagarres !
Pour eux, les accidents de moto, vélo, piétons qui se produisent sont des effets collatéraux inévitables !! Ah bon !

2 commentaires:

Anonyme a dit…

O Brasil só tem desgraças!

Anonyme a dit…

pokoç

Publier un commentaire