mardi 19 mars 2013

L'enseignement public est un chaos, au Brésil...

...et l’espoir de l’améliorer est chaque fois plus ténu! Il y a de plus en plus de gens qui ne savent lire (ou comprendre ce qu’ils essaient de lire) ni écrire, ni penser, raisonner ou se concentrer. Et nous en sommes à la 2e génération. Cela veut aussi dire que les parents de nos enfants actuels se retrouvent aussi dans ces mêmes caractéristiques. Comme ils ne sont pas formés non plus, ils sont incapables de s’apercevoir que l’école ne donne plus aux enfants ce qu’ils ont besoin, sauf nourriture et tranquillité pour eux-mêmes et cela les satisfait ! Ils n’exigent donc pas des responsables politiques une réforme de l’enseignement puisqu’ils n’en perçoivent pas la nécessité ! Les résultats seraient à long terme. Et pourquoi ces politiques bougeraient-ils « contre » les syndicats super-puissants, « contre » les professeurs et l’indifférence des parents satisfaits de la situation actuelle! Ce serait, pensent-ils, un suicide politique pour eux!

Maman, je voulais apprendre à lire et écrire !
Te voilà de nouveau, toi, avec tes manies de grandeur !

C’est dramatique car personne ne semble s’apercevoir de cela, hormis certains pédagogues et...la Présidente de la République mais qui ne parvient pas à faire passer son message!

Voici un extrait d’une entrevue donnée par la Présidente Dilma Rousseff en décembre :
Le Brésil n’aura pas une croissance soutenue s’il n’investit pas en éducation, et intensément ! Et il faut que ce soit de la crêche à la post-graduation ! Au début, je veux un traitement qui implique en dépenses, non seulement pour la crêche mas surtout pour alphabétiser à l’âge normal et adéquat ! E, en plus de cette alphabétisation, nous avons besoin d’école en horaire complet. Et horaire complet, je ne cesse de le répéter : ce n’est pas du sport et du dessin, seulement ! Horaire « intégral » est plus  de portugais, de mathématiques, de sciences et une langue étrangère ! Un enfant doit entrer à l’école et y rester matin ET après-midi. Et ce n’est pas pour notre facilité à nous, les mères. C’est pour leur bien à eux, les enfants !     Présidente Dilma Rousseff.

Puisse-t-elle être entendue, écoutée et comprise ! Elle lute pour cela, la pauvre, il faut le reconnaitre! Puissent les politiciens savoir investir à long terme et non seulement en vue des prochaines élections ! Mais il est vraiment difficile d’être optimiste ! Le meilleur électeur, c’est l’électeur  analphabète ! Il est toujours content si on lui promet n’importe quoi, du dentier au sac de 5 kg de riz !

Michel

N.D.L.R. Ce qui s’appelle « horaire intégral » pour le moment au Brésil (horaire déjà adopté par certaines écoles) signifie : cours normaux (et chahutés !) durant ½ journée (pendant 3 à 3h30) et sports et dessins l’autre ½ journée. Quasi une garderie, quoi ! C’est sûrement mieux que de laisser les gosses dans les rues mais cela ne leur apprend rien de plus !

UNE GRANDE DÉCLARATION D’UN PRÉFET DE NOTRE RÉGION !
“A QUALIDADE DA EDUCAÇÃO PASSA PELA QUALIDADE DA MERENDA ESCOLAR” 

En français: « la qualité de l’éducation passe par la qualité de l’alimentation scolaire »!
Pour info, ce qui s’appelle « merenda escolar » c’est un 10h composé de riz, feijão (le haricot national), viande (poulet ou boeuf) , bref, un repas complet chaud. Ce repas est aussi servi pour les enfants qui « étudient » l’après-midi, vers 14h30 !
C’est le cas de le dire : « ON N’EST PAS SORTI DE L’AUBERGE ! » . Apprendre quoi que ce soit ce sera pour plus tard ! Nous sommes d’accord que l’on doit être nourri correctement pour pouvoir étudier. Mais aucun enfant n’a besoin d’un petit déj. suivi de 2 repas complets de midi (à l’école et chez soi) plus goûter et souper ! Et de là à dire que pour obtenir la qualité de l’enseignement il faut d’abord passer par un bon repas...
Beaucoup d’ enfants qui se présentent à l’inscription chez nous sont franchement GROS ! Et ne savent ni lire, ni écrire, ni calculer 3+4 !

OBJET D’UNE EDUCATION PERMANENTE : LA PROTECTION DE LA NATURE

Comme vous le savez sans doute, Crianças do Mundo a été construite au milieu d’une forêt de 80 hectares. Beaucoup d’Eucalyptus qui servaient de charbon de bois pour la Sidérurgique Belgo-Mineira, mais aussi des tas d’arbres natifs et parfois plus que centenaires. C’est le cas de ce Jequitibá, qui est estimé à près de 500 ans, vu sa taille.


Dans notre terrain, un « Jequitibá » de près de 500 ans !

Nous insistons sans cesse auprès de nos enfants pour qu’ils respectent cette nature, ne jettent pas de papier par terre, n’arrachent pas de feuilles, n’abîment pas les nids d’oiseaux. C’est grâce à cela que, franchissant notre grille d’entrée, tous, visiteurs ou enfants, se sentent entrer dans un autre monde, un monde de paix, de sérénité ou l’on peut enfin respirer à pleins poumons !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire