dimanche 24 juin 2012

Cela devient si difficile, parfois...


Oui, cela devient difficile de garder courage malgré tout.
Les enfants sont de plus en plus misérables tant sur le plan matériel que sur le plan moral ou mental, ils ne « comprennent » plus rien, n’écoutent plus (puisque ne comprennent pas !). Une de nos professeurs d’alphabétisation doit employer des procédés théâtraux pour (essayer de) faire comprendre quelque chose à ses enfants de huit ans. Parents et enfants, victimes de la décadence totale des écoles (tout le temps en grève et professeurs sans formation), ne donnent plus aucune importance à cette école.
Tout le monde devient individualiste, se fout du futur (carpe diem) et de l’autre. D’un autre côté, celui du financier, les aides de Belgique diminuent seulement parce qu’un ex-président farfelu, semi-analphabète et fanfaron a été proclamer partout dans le monde (il adorait voyager dans son nouvel avion!) que le Brésil allait merveilleusement bien. D’où, en Europe, où l’on ne connait rien du Brésil, on est heureux de croire en ce Président « TELLLL-ment  sympathique » et on décide que le Brésil n’est plus un pays émergeant et on coupe les subsides ! Et voilà Michel, Evelyne et Crianças do Mundo dans la merde (comme beaucoup d’autres ONG locales) et luttant pour essayer de s’en sortir malgré tout. Pour cela, on diminue le Personnel, on diminue le nombre d’enfants, on diminue les dépenses et...on fait quoi avec tant de misère ? On regarde, on se prend le visage dans les mains et on pleure ???

Nous avons donné notre vie pour ces mômes et nous voyons tant de choses s’écrouler devant nos yeux, impuissants devant tant de malheur, de violence, de drogue, de manque de moyens. Et nous n’y pouvons rien puisque nos ressources à  nous sont nulles (30 années sans salaires !) que toutes nos économies personnelles du passé sont complètement épuisées et que nous n’avons que notre travail et notre bonne volonté pour agir , tout en étant,  parfois,  critiqués par ceux qui ne font rien ! Car cela aussi fait mal ! Mais c’est le choix de vie que nous avons fait ! Personne ne nous y a obligés !
Nous sommes donc condamnés à assister à cette décadence, à voir les enfants que nous ne pouvons plus accueillir se perdre, fumer le crack à 12 ans et mourir à 15 de cette même drogue ou assassinés !

Pardon de vous confier tout cela mais c’est vrai que l’on en a un peu gros sur la patate, parfois !
Bon ! On a l’habitude de tomber mais aussi de se relever ! Et on se relèvera une fois encore, soyez-en sûrs ! Heureusement, il nous reste les gosses qui sont avec nous pour le moment. On ne les lâche pas ! Oh non !
Mais que cela devient de plus en plus difficile, c’est un fait indéniable !

Michel

Aucun commentaire:

Publier un commentaire