vendredi 21 décembre 2018

Une petite fille adorable


Elle s’appelle Alexia et est une petite fille de 10 ans. Alexia a été accueillie dans notre «  Centro de Convivência  » en ville, il y a 3 ans. D’une famille pauvre de quatre enfants, elle est la plus jeune. Deux de ses grands frères ont 19 et 21 ans et sont en fait ses demi-frères, du côté de sa mère.

Un autre frère, de 14 ans, a le même père qu’Alexia. Tous vivent dans la même maison avec la mère, dans une favela du centre-ville. Le père d’Alexia les a quittés  il y a déjà quelques années et a formé une autre famille dans la ville voisine, Ipatinga, à 25 km de notre ville de Coronel Fabriciano.

Dès son arrivée dans notre centre, Alexia s’est montrée une petite fille gentille, studieuse e volontaire. Ses deux frères aînés ne lui ont pas montré l’exemple; ils traînent toute la journée, n’étudient pas et ne travaillent pas non plus. Son autre frère de 14 ans ne fait rien de bon à l’école et n’y va que par obligation. L’intelligence, le courage et la volonté d’étudier d’Alexia sont admirables et étonnants, vu le milieu dans lequel elle vit. Sa mère travaille pour subvenir aux besoins de ses enfants et n’a guère le temps de s’occuper d’Alexia. C’est en elle que la petite fille a puisé ses ressources et trouvé cette volonté d’étudier et de se sortir de sa situation de pauvreté. Malgré son jeune âge, elle est très consciente que c’est pour elle le seul chemin à suivre pour pouvoir un jour améliorer sa vie .  Lorsqu’elle est à Crianças do Mundo, Alexia étudie et participe activement à toutes les activités diverses proposées. Elle s’entend bien avec tous les autres enfants accueillis, garçons et filles et n’a jamais donné aucun problème de comportement. Elle est d’ailleurs appréciée et amie de tous. Dans le courant de l’année dernière, à notre grand étonnement, Alexia a décidé d’écrire un petit livre, racontant l’histoire de Crianças do Mundo et de ce qu’elle y vit. Nous avons eu l’occasion d’en lire quelques extraits et avons trouvé très touchant tout ce qu’elle y raconte. On sent qu’elle adore y venir, qu’elle y est heureuse et espère pouvoir y rester encore longtemps.

Le destin, parfois bien cruel, en a hélas décidé autrement. Au début de cette année, la maman d’Alexia a commencé des problèmes de santé et on lui a découvert un cancer. Chacun sait le dur chemin à parcourir lorsque l’on a cette terrible maladie :  consultations, examens de toutes sortes, traitements divers et pénibles... et une vie quotidienne complètement bouleversée, pour toute la famille. Alexia parle régulièrement de sa maman et de sa maladie et on la sent très inquiète. Malgré ses soucis et sa préocupation, elle reste étonnamment la même petite fille, gentille et studieuse. Mais les jours passent et l’état de sa maman empire malgré les traitements. Alexia raconte qu’elle maigrit beaucoup et n’a plus de forces pour s’occuper de tout à la maison, ni même de ses enfants. Il va falloir trouver une solution pour eux tous.

Le père d’Alexia et de son frère de 14 ans a gardé le contact avec ses enfants et décide de prendre la situation en mains, sentant ses enfants dans la difficulté. Il a lui-même formé une autre famille et peut difficilement trouver une solution chez lui. Mais une de ses soeurs accepte d’accueillir chez elle la maman, Alexia et son frère et de s’en occuper. C’est vraiment généreux et formidable de sa part. Les deux aînés, d’un autre père et déjà adultes, vont rester dans leur maison et se débrouilleront seuls. Il faudra qu’il pensent à travailler et se prendre en charge.

Le problème pour Alexia est que sa tante habite assez loin de Coronel Fabriciano, dans une petite ville d’intérieur. Cela signifie pour elle perdre Crianças do Mundo et tout ce qu’elle y vit. Perdre l’amour, l’affection et l’amitié de tous, enfants et adultes. Perdre une chance de pouvoir aller le plus loin possible dans ses études, avec l’aide et le soutien de nous tous. Sa tante fait un geste formidable, d’une grande générosité, en les accueillant et en s’occupant d’eux. Mais elle n’aura sans doute pas les conditions matérielles d’offrir à Alexia des études supérieures toujours trop chères pour les familles pauvres. Alexia est vraiment triste de devoir tout quitter, mais elle n’a hélas pas le choix.

Ses derniers jours parmi nous à Crianças do Mundo sont tristes pour tout le monde. Nous ne reverrons sans doute plus Alexia, nous ne lirons pas la fin de son livre... Nous ne pouvons qu’espérer que sa maman s’en sortira, même si l’espoir est mince. Espérer aussi qu’Alexia restera cette petite fille courageuse, adorable et studieuse. Et qu’elle aura l’opportunité d’étudier le plus possible, comme elle le souhaite, pour bien s’en sortir dans la vie. Nous lui faisons confiance, le courage et la volonté ne lui manquent pas. Mais nous ne pouvons qu’espérer qu’elle trouvera sur son chemin d’autres personnes qui l’aideront à poursuivre sa route vers une avenir meilleur. Bonne chance Alexia!

                                                                          Evelyne

Le bonheur est souvent la seule chose qu'on puisse donner sans l'avoir et c'est en le donnant qu'on l'acquiert. (Voltaire)


Aucun commentaire:

Publier un commentaire