jeudi 8 juin 2017

Un mot d'Evelyne...

Bonjour,

Depuis 34 ans que nous sommes au Brésil, c’est toujours Michel qui a écrit cette introduction, notre « bonjour » à vous tous, amis fidèles.  Je suis obligée de prendre la relève, momentanément je l’espère, pour cette dernière, Michel étant dans l’incapacité de l’écrire.

Comme beaucoup d’entre vous le savent déjà, Michel a de graves problèmes de santé depuis 3 ans maintenant. Deux cancers, 3 opérations, 6 mois de chimio, 2 mois de radiothérapie... et un courage exemplaire pour faire face à tant de souffrances. En ce 18 mai, Michel a dû subir une nouvelle opération. Celle-ci s’est bien déroulée, mais hélas, il a souffert un processus inflammatoire post-opératoire violent, qui a fini par l’entraîner, après 5 jours très pénibles, dans un coma provoqué et une intubation. Ce furent de longs jours d’angoisse indescriptible, de doutes, de peur immense de perdre Michel lorsque son état a été considéré comme critique le 24 mai. Les médecins me laissaient peu d’espoir... et je me suis sentie perdue et désespérée à l’idée de voir Michel me quitter alors que je n’y étais pas prête du tout.

A Crianças do Mundo, toute l’équipe a fait face courageusement, mais l’ambiance était d’une grande tristesse, tant pour les enfants que pour les adultes, sans parler de tous nos grands, terriblement inquiets eux aussi. Tous me disaient : « Crianças do Mundo sans Michel, ce n’est pas la même chose, il manque l’âme, le pilier, la force de ce projet magnifique ». Mais malgré tout, chacun a poursuivi le travail le mieux possible, pensant à Michel et à l’importance pour lui de voir continuer l’œuvre de sa vie.

Tant en Belgique, qu’en France et qu’ici au Brésil, une immense chaîne d’amour, de solidarité et de prières s’est créée pour aider à sauver Michel. Ce fut un mouvement merveilleux et très fort, et ensemble avec la compétence et le dévouement de toute l’équipe médicale, un miracle s’est produit. Au moment où je vous écris, Michel semble sauvé. Après 20 jours en soins intensifs, Michel a pu être transféré en chambre. Son état requiert encore des soins importants et beaucoup d’attention, et il faudra beaucoup de temps encore et de patience pour qu’il puisse enfin rentrer à la maison. Mais le plus dur est passé et c’est un immense soulagement pour tous.

Pressentiment ou pas, Michel avait commencé à rédiger ces nouvelles avant son opération. Je tiens à vous dire à tous un grand, un immense merci pour cette chaîne d’amour et pour toutes vos pensées et prières pour Michel. Tous ici, grands et petits, le retrouveront bientôt, au plus grand bonheur de tous.
                                                                                                     
MUITO OBRIGADA !                           Evelyne

Aucun commentaire:

Publier un commentaire