lundi 24 septembre 2012

Quel futur pour Crianças do Mundo?


C’est une question tellement importante: comment préparons-nous le futur de cette ASBL brésilienne géante qui a déjà accueilli, certaines années, près de 350 enfants avec plus de 70 membres de personnel sur un terrain de 80 hectares et diverses divisions dans la ville ?
Du côté de ce personnel et des personnes responsables, tout est déjà en place et la relève est bien assurée avec des gens altruistes et compétents, encore que bien moins nombreux. Du côté des enfants, le nombre a bien diminué aussi, vu les difficultés financières imposées par la crise mondiale et l’augmentation incroyable des prix. Le type d’enfants a aussi changé et ils sont, en général, bien plus compliqués et égocentriques qu’auparavant. Ils demandent donc plus d’attention individuelle et des actions plus adaptées à leur manque d’intérêt et d’enthousiasme pour tout !

Quant à l’aspect projets et activités nous devons toujours évoluer en fonction des nouvelles nécessités et des nouvelles situations sociales.
C’est ainsi qu’une nouvelle section est destinée à la préparation aux cours techniques et de formation professionnelle et nous ouvrirons sans doute nos portes à l’école municipale proche qui manque vraiment d’espace pour réaliser son programme d’éducation intégrale. Il y a là quelque 400 gosses de 7 à 12 ans.
En plus de tout cela, notre Entité Crianças do Mundo poursuit, bien entendu, toutes ses activités avec ses 4 divisions, recevant les enfants de 8 à 16 ans pour le renfort scolaire , les sports et les multiples activités éducatives de tous les jours et son assistance aux familles qui est une activité de plus en plus primordiale vu la dégradation de l’ambiance scolaire, des quartiers et des capacités éducatives des parents. La violence, la drogue et le fracas de l’enseignement sont les grandes causes d’une situation de plus en plus misérable de la population locale.

Les propres enfants accueillis chez nous sont le reflet de tous ces problèmes et il faut de plus en plus d’expérience et de patience aux éducateurs pour  pouvoir obtenir des résultats positifs qui ne soient pas immédiatement détruits par l’environnement social de ces enfants.

Michel

Aucun commentaire:

Publier un commentaire