jeudi 8 juin 2017

Un petit rappel historique…

C’est en mars 1983 que nos amis Evelyne et Michel se sont envolés vers le Brésil.

Dans un premier temps, ils ont développé un projet lancé par le Père Véo : La Cidade do Ménor.
Le père Véo était aumônier au Logis (maison d’enfants placés par le juge) à Genval.
C’est là qu’Evelyne et Michel se sont connus en tant qu’éducateurs.
J’ai eu la chance aussi de travailler avec eux dans cet établissement.
Le père Véo leur a proposé de le suivre au Brésil pour participer à son projet.
Après quatre mois de formation au Collège d’Amérique latine à Bruxelles et après s’être mariés à l’église St Sixte de Genval, nos amis sont partis vers les cieux brésiliens.

Après 2 ans de travail à la Cidade do Ménor et 2 ans au Lar do Menor, sérieusement aguerris et préparés, ils ont fondé Crianças do Mundo (Enfants du Monde, Children of the world), leur propre asbl.

Grâce à un subside de l’AGCD, en Belgique, ils ont pu construire la grande maison actuelle dans la grande propriété, unique poumon vert de Coronel Fabriciano.

Il est à noter que c’est la SEULE aide reçue depuis 34 ans.
Du côté brésilien : rien.

C’est donc à la force de leur détermination, de leur courage et de leur amour, soutenu par VOTRE aide financière qu’ils ont construit ce merveilleux projet pour les enfants des rues.

Comme dans tout processus éducatif avec les enfants, tout ne réussit
pas toujours. Mais sur les 2000 enfants qui ont bénéficié de leur aide,
très peu ont échoué.

Les réussites sont donc très nombreuses et de très bonne qualité.

Jugez vous-mêmes :
     Des enfants des rues, souvent abandonnés et livrés à eux-mêmes,
     confrontés  à la misère, à la drogue, au crime, au vol, au viol, sont
     devenus, avocat, boulanger, informaticien, professeur d’université,  
     électromécanicien, etc…
   
     Et pour clôturer le tout, beaucoup sont mariés avec des enfants et
     mènent une vie familiale NORMALE.

En 2000, mon épouse et moi avons eu la chance de passer une semaine sur place et pouvoir apprécier l’œuvre extraordinaire que Evelyne et Michel ont construite en  OFFRANT leur vie aux plus malchanceux.

Nous avons rencontré tout le personnel (dont Noraldo) compétent et profondément investi dans ce projet d’amour.

Le vrai développement est de permettre aux locaux de continuer leur propre évolution.

Evelyne et Michel ont donné l’impulsion et aujourd’hui  tout peut fonctionner sans eux…mais pas sans leur esprit.
C’est donc GAGNE. Et c’est aussi grâce à VOUS TOUS.

Alors je ne cherche plus la définition du miracle ; elle est sous nos yeux au jour le jour.

Mais nous devons continuer à les soutenir pour que la fondation François Xavier puisse reprendre ce projet en bonne santé.

C’est cette bonne santé que Michel a perdue et qui l’oblige à passer la main.

Nous lui souhaitons un vrai repos et une convalescence  efficace. Tout cela est grandement mérité et il peut maintenant penser à lui.

Après 34 ans cela mérite bien notre chaleureuse affection.

Paul Wilkin

Aucun commentaire:

Publier un commentaire